Ecriture Passion par Patrick

Ecriture Passion par Patrick

la bande

J’ai 12 ans et je commence à m’intéresser beaucoup plus aux filles de la cour d’en face qu’aux cours qui me sont dispensés ! C’est à cette époque que je découvre un certain Alain Lebiez !

Il habitait près des HBM (habitations bon marché, ancêtre des HLM ).Ces parents étaient gardiens d’un laboratoire pharmaceutique dans le haut de Nogent, ce haut que je ne connaissais guère, ce haut peuplé de gens simples qui vivaient dans ces grands ensembles d’immeubles en briques rouges !

Ce garçon est une espèce de « chef de bande » pour tous ces gamins qui traînaient tard le soir dans les recoins des bâtiments et qui se battaient pour exister aux yeux des autres, (les autres étant d’ailleurs souvent les filles !).

Je me mets donc à fréquenter la bande à Lebiez !

Mes parents me laissent aller à l’école en vélo et j’ai vite fait de faire un détour le soir par ce quartier nord ! Mais quand je rentre, en retard bien sur, ma mère me fait toute une sérénade !

- « Et ou étais-tu ? Avec qui ? J’espère que tu ne fumes pas au moins ! Es-tu prudent avec ton vélo ? Ça me fait peur, tu le sais bien………………………… »

De nos jours, je dirais que ma mère me « gonflait », mais à cette époque, elle était juste un obstacle à ma vie d’aventurier, un obstacle hurlant, frappant quelquefois, au bord de la syncope souvent avec ses « qu’est-ce qu’il peut m’en faire voir ce môme ! Mais ce n’est pas Dieu possible ! Et son père qui n’est jamais là ! » !

Et non, mon père n’était pas là ! Lui, il roulait, souvent jour et nuit, rentrant à l’aube pour repartir quelques heures après et ainsi « grappiller » sur ses notes de frais !

Quant à ma sœur, elle fuyait souvent le conflit mais quand il s’agissait de moi, elle prenait systématiquement ma défense et se faisait fréquemment punir à ma place !

Mais revenons aux HBM !

Le jeudi, jour de congé scolaire, je montais bien sur retrouver cette nouvelle « faune » des quartiers nord ! Oui, je fréquentais la bande à Lebiez mais de là à y être intégré, c’était autre chose ! Il fallait faire ses preuves ! Un jeudi, Alain me dit :

            -« y’a les trois frangines du premier qui sont seules ! Leurs parents sont partis pour la journée ! Alors on va les aider à sortir par le balcon de derrière et elles vont venir avec nous au Fort ! »

Nous étions trois ; Alain, Francis et Moi.

Il ajoute :

            -« moi je suis avec Annie, la plus grande et Francis avec Martine la deuxième, et toi, tu prends Chantal, la dernière ! »

Et nous voilà partis à escalader ce balcon et à faire glisser les filles jusqu’au sol !

Chantal (comme ma sœur !) était mignonne ! Cheveux châtain clair, très longs, yeux marrons je crois, avec une frimousse de gamine et des taches de rousseur ! Elle était beaucoup moins belle que ses deux sœurs et avait surtout beaucoup moins de poitrine !

 

Ses seins, je les imaginais juste sous son corsage, petits et ronds, avec des bouts bruns, mais loin de ceux que je pouvais voir dans « Paris-Hollywood » que le marchand du kiosque à journaux de Vincennes nous vendait sous le manteau ! Avec Christian, on se cotisait pour l’acheter et on se le repassait ! Une semaine lui, une semaine moi ! Mais les photos étaient retouchées ! Pas de sexe ni de poils apparents ! Mais bon, « ça le faisait quand même » comme on dirait aujourd’hui !

 

Nous voici donc partis en direction du Fort de Nogent, la caserne des légionnaires, avec tout un terrain autour pour se promener, s’amuser, et plus pour les plus vieux !! Chantal m’a pris la main ! Et moi, je tiens la sienne sans savoir si je dois la serrer un peu, le bras raide, l’air plutôt nigaud !

 

A peine arrivé au Boulevard de Strasbourg, nous croisons Braccio ! Lui, c’était le chef de la bande du marché ! Il était avec trois de ses copains.

Alain et lui se toisent !

Braccio s’approche de moi et me dit :

            -Tu prends ma copine par la main toi ?

Je veux aussitôt lâcher la main de Chantal mais elle me serre et dit :

            -Dis donc, toi, je ne suis pas ta copine !

            -Si t’es ma copine ! Même qu’on s’est déjà embrassé !

            -Menteur ! Tu as voulu oui, mais pas moi !

-Oui, ben en tous cas t’es avec moi et pas avec lui ! Et toi (s’adressant à moi) je vais te casser la gueule pour t’apprendre à piquer les filles des autres !

 

Moi, là, je ne suis pas très à l’aise ! Bien sur, je suis un bagarreur ! Mais de cour de récré ! Deux ou trois coups de pieds, se rouler par terre en terrassant l’adversaire oui ! Mais là, j’ai affaire à des vrais « durs » ! Ils se battent à coup de point dans la figure, comme dans les films ! Et moi, ben………………..Les autres vocifèrent autour de nous. Les filles surtout, ça piaille !

Braccio est plus petit que moi mais très nerveux ! Je l’ai déjà vu se battre à l’école ! Il donne beaucoup de coups en très peu de temps.

Ceux qui sont avec moi commencent à se chauffer : « allez Patrick, casse lui la gueule ! »

Et là, Alain parle !

-D’accord les gars, on va régler ça mais à la régulière ! Juste vous deux !

Et il s’auto proclame « arbitre » de ce match auquel je n’ai aucune envie de participer !

 

Nous sommes face à face, Braccio et moi, à  2 ou 3 m l’un de l’autre. Alain est au milieu, les bras en croix dirigés vers chacun de nous.

-Un, deux, trois………………allez !

 

Je suis figé ! Braccio avance sur moi en donnant des coups de pieds très rapides et en brassant l’air avec ses poings, mais je recule, je tourne, et il ne m’atteint pas ! Ça l’énerve encore plus !

- Bats-toi trouillard !

-Allez Pat !!!!!!!

 

Mais je ne me bats pas ! J’ai peur !

Il continue de plus belle et, dans son élan, il passe sur ma droite. Quand il est à ma portée, je lance mon poing droit ! Il le prend en plein visage ! Il saigne du nez ! Les autres hurlent des encouragements !

Je ne sais pas s’il a mal, mais moi si, très mal au poing !!

Il est fou de rage et se jette sur moi, pour un corps à corps ! Il m’attrape par le cou et me fais tomber sur le bitume rouge. Il se met a cheval sur moi et veut me frapper au visage mais, dans un geste venu de je ne sais où, je relance ce fameux point douloureux ! Il le prend sur l’œil et là, pour le coup, il bascule en arrière ! Son arcade est ouverte !

-T’es con toi ! Tu m’a péter le nez, dit-il en se relevant !

Moi, il y a longtemps que je suis debout !

-Allez, c’est fini ! Patrick vainqueur lance Alain d’une voix de camelot !

Il va voir Braccio :

-T’as pas le nez cassé connard! Ça pisse un peu mais c’est rien ! Par contre, à l’œil, il t’a pas loupé !

-Ouai ben on se reverra !

 

Et Braccio le chef de la bande du marché, le nerveux, le petit caïd, repars avec ses potes qui l’entourent et le réconfortent !

-Il t’a pas eu à la loyale !

-Il s’est même pas battu !

 

Alain vient me voir avec les autres :

-Bravo Pat ! Tu l’as bien séché ce con !

Les autres aussi me congratulent et Chantal me fait un bisou sur les lèvres ! Ça doit être ça, embrasser une fille ! Maintenant, j’ai une amoureuse !

Moi, j’ai mal au poing et, d’un coup, je m’aperçois que ma chemise blanche (et oui, toujours en clair, ça reste !) est tachée de sang sur le devant, rouge de bitume un peu partout et mon pantalon beige pareil !

Et comment j’explique ça en rentrant moi ?

Alors on cherche et la solution apparaît d’elle-même ! Je me suis pris une gamelle en vélo ! Voilà !

On retourne aux HBM et tout le monde de s’activer sur mon vélo, à casser un garde boue, à tordre les poignées de freins etc.…..La mise en scène est presque parfaite mais moi, je ne suis pas assez « amoché » ! Alors je me râpe un peu les bras contre le crépi d’un mur et voilà !

 

Je ne parle même pas du résultat lorsque je suis rentré !! La cata ! Après maintes palabres avec ma mère, elle décide que le vélo est décidément trop dangereux et que j’irai désormais à pieds à l’école !! Il faudra l’intervention de mon père pour que je puisse retrouver l’usage de mon « destrier » !

 

Je continue donc à être avec cette bande du « nord » pendant les six premiers mois de l’année.

Mes notes s’en ressentent car je ne fais quasiment plus rien d’autre que de penser à la sortie et à ce qu’on va pouvoir faire jeudi prochain ! C’est la chute libre ! Alain est un très mauvais élève ! Il a sa place tout au fond de la classe et provoque sans cesse les profs !

Puis, en milieu d’année, un nouveau arrive ! Il s’appelle Petit, ce qui cadre mal avec sa taille d’ailleurs ! Tout grand et tout fluet ! Il a un visage d’ange, de garçon très sage !

Il est placé à côté d’Alain, au fond de la classe. Personne ne sait d’où il vient car il ne parle pas !

Mais moi, de ma place, je surveille, j’observe ! Et un jour, je vois que les mains des deux garçons sont plus souvent sous le pupitre que dessus ! Non ! Pas possible ! Pas Alain !

Je décide de lui demander une explication à la récré !

            -Et alors, on joue à « touche pipi » ! Normal non ! Et en plus, il doit avoir une belle bite ! Je te dirais……………….

Ce fut, je pense, le facteur déclenchant de ma rupture avec cette bande ! Oh, pas de jalousie, non ! Juste cette déception ! C’est ça un caïd ? Un homme ?

Alain Lebiez sera viré peut de temps après !



28/11/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres