Ecriture Passion par Patrick

Ecriture Passion par Patrick

cette seconde cinquième?

Euréka ! J’ai trouvé !

En fait ce n’était pas très compliqué !

Il suffit d’écouter un peu en classe, de faire ses devoirs (ou souvent de les faire faire par un « bon ») un coup de main de ma sœur par la dessus et hop ! Une bonne note ! Et Maman contente !

Et quand maman contente, rien n’est trop beau !

Et si maman contente, papa moins emmerdé ! Et voilà !

Il y a même des matières ou j’excelle ! Enfin, une au moins ! Le Français ! Mes rédactions sont toujours de grands moments, et souvent partagés par la classe entière !

Et oui, très souvent, mes rédactions sont lues à la classe ! Tellement bonnes ! Et moi je frime à mort !

Le prof s’appelle Mr Amiel. Evidemment, on le surnomme « la mouche » et un bourdonnement accompagne toujours son entrée en classe.

Ce prof m’aime bien et m’encourage à écrire. Il me prête même des bouquins !

 

Une autre matière que j’aime bien, c’est la géographie. Quand je dis matière, ce n’est pas vraiment ça ! C’est surtout la prof ! Je ne sais plus du tout son nom ! Ce que je sais, c’est que j’étais à la première table. Elle vient souvent nous montrer sur les livres quand on ne comprend pas, et moi, je ne comprends jamais ! Les seuls reliefs dont je me souvienne, ce sont ceux de ses seins magnifiques enfermés dans ce décolleté profond, quand elle se penche sur moi pour m’expliquer ce qui m’a « échappé » ! Je la soupçonne de le faire exprès, ce qui laisse mon imagination vagabonder !

Un jour, pendant son cours, elle se met en colère après Benoist, qui fout le bordel et n’écoute rien et elle lui dit :

« Si tu continues, je vais mette un mot sur ton carnet pour tes parents ! »

Benoist la regarde bien dans les yeux et lui sort :

« J’en ai rien à branler ! »

Là, il fait fort le Benoist ! Mais elle reste impassible !

« Alors viens déposer ton carnet sur mon bureau »

Il s’exécute et vient, la démarche nonchalante, poser son carnet. Il va pour retourner à sa place mais elle dit :

« Reste ici Benoist ! »

« Pourquoi ? »

« Tu vas maintenant nous expliquer ce que signifie branler ! »

Benoist n’est pas un dur ! Juste un mauvais élève ! Il devient tout rouge ! Elle insiste :

« Nous t’écoutons Benoist. Si tu as employé ce verbe, c’est que tu en connais la signification ! Alors ? »

Benoist à l’air d’un con, debout, tête baissée, silencieux !

« Bien, alors retourne à ta place mais tu resteras à la fin du cours pour m’expliquer ça en privé ! »

 

Alors ça ! Ca nous scotch !

Elle continue son cours et quand la sonnerie retentit, nous sortons tous sauf Benoist, bien sur !

 

Ce n’est pas  un inter classe mais une récréation !

Nous sommes tous agglutinés dans le couloir pour attendre le « rapport » de Benoist !

Ca dure !

Quand il sort enfin, nous l’assaillons de questions ;

« Alors, qu’est ce qu’elle t’a dit ? »

« Elle m’a demandé de lui expliquer ce que voulais dire branler ! »

« Et tu lui as dit ? »

« Non ! »

« Alors, alors ? Qu’est-ce qu’elle a fait ? »

« Elle m’a dit qu’elle allait devoir me l’expliquer elle-même pour que la prochaine fois je sache de quoi je parle ! »

« Oh !!!! » « Et elle t’as expliqué quoi ? »

Benoist se renfrogne ! Il n’est pas à l’aise !

« Et puis foutez moi la paix ! » s’exclame-t-il en partant en se précipitant vers la cour.

 

Les conversations vont bon train !

« Si ça se trouve, elle l’a branlé ! »

« Ou elle lui a montré sa culotte ! »

« Elle en mets pas, cette salope ! »

« Si, je l’ai vu quand elle s’est baissée ! »

« En tout cas, c’est une belle salope ! Ca se voit ! »

« Oui ben moi j’aimerais bien rester avec elle après le cours ! Je lui montrerais ! »

« Tu lui montrerais quoi, gros malin, ton vermicelle de contrebande ! Elle doit connaître mieux ! »

 

A cet âge là, l’imagination est galopante ! Cette provocation de la prof de géo laissera des traces !

Quand nous sommes dans la nouvelle aile du bâtiment, il y a des toilettes dans le couloir avec une porte marquée « réservé aux professeurs ». Le cours de géo est toujours dans cette partie.

Alors, très fréquemment, en fin de cours, quand la prof va aux toilettes, j’investi la cabine d’à côté et je colle mon oreille à la cloison ! E j’entends ces bruits auxquels j’associe des gestes, et puis j’emmène tous ça dans ma tête de préado pour y repenser le soir, dans ma chambre ………….



11/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres